Expositions au Caveau des Récollets

Le Caveau, salle d'exposition municipale située dans l'enceinte de l'Espace des Récollets, est un des outils culturels essentiels de notre territoire.

En effet, il permet de :

  • faire découvrir l'art à la population,
  • soutenir les initiatives de production culturelle des artistes amateurs et professionnels.

D'avril à octobre, l'art sous toutes ses formes est présenté :

  • peinture (aquarelle, peinture sur huile),
  • sculpture,
  • photographie...

Toutes les expositions sont en visite libre et gratuites.

Noirs et blancs en couleurs

Patrick MINVIELLE-DEBAT et Alain HERMANSTADT

Exposition de photographies et d'encres visible du 18 au 29 septembre 2019
De 14h30 à 19h

Vernissage le samedi 21 septembre 2019 à 12h00

Les photographies de Patrick MINVIELLE-DEBAT

Inspiré par les grands maîtres de la photographie du 20 ème siècle dite "humaniste", c'est bien modestement, en m'inspirant de leur approche et de leur philosophie, que je parcours les rues de la capitale et celles de Lyon, mon appareil photo en bandoulière.
Mes photographies entrent dans la catégorie dite "photos de rue".
Ce sont des portraits ou des situations, pris sur le vif au cours de mes promenades, dont l'aspect atypique ou spectaculaire m'a particulièrement attiré.
Elles sont, je l'espère, le reflet de la vie quotidienne montrant ses acteurs en toute simplicité, avec un regard bienveillant et poétique.
Vous verrez également en parcourant cette exposition, une autre passion que j'ai tenté d'associer à la photo : Le jazz et les concerts de l'Europa jazz.

Les encres d'Alain HERMANSTADT

«Je suis un adepte du noir et blanc, non pas que les couleurs m’ennuient…
Je rêve en noir et blanc…
Je trouve dans les nuances du noir et du blanc tout le foisonnement des densités et des aspects pour créer. Je suis comme un tatoueur de papier, je forge mes espaces et mes densités à la palette de l’encre de Chine ou bien d’Ailleurs.
J’accroche à la lumière les ombres, les pénombres et les absences de contour pour mieux y préciser rondeurs, volutes et aplats.
MC. Escher ou bien encore Burne Hogarth ont forgé mes espaces virtuels, mes mondes personnels, le cinéma en noir et blanc aussi et la photo quand les Asa et les pixels sont poussés au paroxisme.
Je fais monter les densités pour interpeller la rétine et trouver le juste équilibre entre la pénombre et la clarté, entre le vide et la présence.
Sans noir il n’y aurait pas de blanc, sans l’un il n’y aurait pas l’autre pour une fulgurance des contraires et l’équilibre des clairs-obscurs.
L’opacité est le refuge de la lumière… mais cela pourrait être l’inverse !
Je ne suis pas pointilliste, je remplis juste l’espace de myriades de constellations pour créer des univers et mettre en exergue l’équilibre du vide et du palpable. Alors le point devient ligne, courbe, volute, pour devenir grain, espace… Et la lumière jaillit.
J’aime aussi marier les formes et les objets pour en changer le discours imagé et surprendre l’observateur, prendre par surprise le déplacement de son regard et l’étourdir comme une exploration minuscule qui devient trompe-l’œil…
Faire rencontrer l’impossible et le photographier…